Accueil du site > Actualités > Les prix du riz pourraient augmenter du fait des craintes des gouvernements (...)

Les prix du riz pourraient augmenter du fait des craintes des gouvernements concernant l’offre

Les rapports de presse mettent en garde contre une éventuelle volatilité accrue sur les marchés du riz en réponse aux craintes en matière d’offre et aux restrictions gouvernementales d’exportation. Les prix du riz sur les marchés mondiaux ont récemment chuté à leur niveau le plus bas en 3 ans « à un peu plus de la moitié des niveaux record atteints en 2008 ». Le Dr Mohanty, de l’Institut international de recherche sur le riz, a cependant affirmé que « le vent de panique parmi les pays cultivateurs de riz, comme l’attestent les actions récentes en Indonésie, au Bangladesh et en Birmanie – s’il venait à se propager à d’autres pays – pourrait facilement secouer ce marché ». « Alors que les actions de trois pays ne parviendraient sans doute pas, seules, à avoir une influence majeure sur le marché », il a rappelé que cela « constituait clairement une sonnette d’alarme par rapport aux événements de 2008 ».

Les rapports de presse notent également que « les craintes relatives à l’offre de riz pourraient s’aggraver au cours de la prochaine campagne si la sécheresse persiste en Chine ». La Chine est le premier pays producteur de riz au monde et des récoltes réduites pourraient avoir un impact très important sur les marchés mondiaux. Au même moment, les producteurs américains de riz « prévoient de récolter 20 % d’hectares en moins, soit 1,15 million d’hectares cette année, l’urgence étant d’exploiter les valeurs bondissantes du blé, du coton et du soja ». Selon le Dr Mohanty, « une combinaison de prix du riz plus bas et de coûts d’investissements plus élevés pourrait forcer les cultivateurs à réduire la production de riz en semant sur des superficies plus restreintes et/ou en appliquant moins de fertilisants ».

En Afrique australe, avec des importations de 650 000 tonnes par an, le Mozambique envisage d’accroître sa production de riz de 20 %. Cependant, cela exigera d’augmenter l’affectation des terres aux projets existants.

Publié le lundi 22 août 2011.