Accueil du site > Bibliothèque > Fiches techniques > Décorticage du riz

Décorticage du riz

JPEG - 15.2 ko

Principe de base

La transformation du riz a pour but de débarrasser les grains de paddy de leurs enveloppes afin de les rendre consommables sous la forme de riz blanc.

Dans de nombreux pays du sud, les techniques post-récolte et notamment les opérations de décorticage et de blanchiment du riz sont encore essentiellement manuelles. A l’instar de bien de pays grands producteurs du riz comme le Mali, le Sénégal et Madagascar des unités (semi-)industrielles sont en émergence avec la construction de rizeries.

Ces installations sont de plus en plus fortement concurrencées par le développement de nombreuses petites entreprises de transformation tant en milieu rural qu’en zone urbaine (moulins à riz, décortiqueuse à rouleau, décortiqueuse de type Engelberg,…). La transformation artisanale du paddy au moyen de petits décortiqueurs villageois (décortiqueurs Engelberg) s’est fortement développée au cours de cette dernière décennie comme au Bénin, au Mali, au Sénégal ou plus récemment en Guinée. Ce secteur artisanal, aujourd’hui en plein essor, doit cependant être amélioré car la qualité du travail réalisé (rendement d’usinage, qualité du riz blanc, taux de brisure, …) reste très souvent médiocre. Les efforts doivent porter sur la modernisation des systèmes de transformation, l’amélioration des technologies après récolte, la formation et l’information des acteurs de la filière.

Positionnement du CRR-MC dans la transformation

Le Conseil s’est engagé dans la transformation du riz dans le but de combler un besoin réel existant dans la région et jusqu’à présent non satisfait. Il s’agit aussi de développer le pôle économique de l’OPA à travers cette capacité à rendre des services à valeurs ajoutées à ses membres.

Deux axes d’intervention sont promus à savoir le Service de façonnage mobile et la mise en marché de riz blanc standardisé.

JPEG - 19.9 ko
  1. Service de façonnage mobile du riz  : Il est basé sur le patrimoine de décortiqueuses mobiles du CRR positionné à Houéyogbé, Grand Popo, Dogbo et Lalo. De part ce patrimoine, le CRR-MC offre une capacité de décorticage de 35 tonnes de riz paddy par jour. Pour valoriser au mise cette capacité d’opération, le CRR-MC identifie les besoins de prestation de service, planifie les tourné de décorticage, exécute les prestation, …
    Sans véritable inventaire exhaustif des machines dans les différentes régions, il apparaît difficile de faire une évaluation de la couverture actuelle des besoins en matière de décorticage.
  2. Mise en marché de riz standardisé  : L’un des problèmes de la commercialisation du riz local sur le marché national et sous-régional est la qualité plutôt médiocre du riz blanc mise en marché et la quasi impossibilité pour le consommateur d’identifier convenablement le riz local. Le CRR-MC se propose de travailler à l’amélioration de ce niveau de présentation du produit, entre autres, à travers :
    • des sensibilisations sur les techniques de cuisson du riz local ;
    • des sensibilisations à l’endroit de divers producteurs pour l’engagement dans le processus de labellisation du riz local ;
    • la mise en place un système d’information des transformateurs et commerçants sur l’offre de riz local ;
    • du plaidoyer à l’endroit d’acteurs décisionnels et opérationnels de la commercialisation du riz local sur des thématiques telles que la détaxation du riz local ;
    • des actions de marketing (publicité) sur l’offre de riz local.

Dans la mise en oeuvre de ces ambitions, le CRR-MC assure la mobilisation et la mise en cohésion de divers acteurs institutionnels tels que la PROTOS, AFDI, ETD/CIDR, FAFA-MC, ADF, …

JPEG - 29.8 ko

Portfolio

Publié le jeudi 6 mai 2010.