Accueil du site > Bibliothèque > Notes de capitalisation > Analyse de deux types d’inondation et approche de solutions pour la (...)

Analyse de deux types d’inondation et approche de solutions pour la production agricole dans la Commune d’Athiémé

Présentation de la Commune

La Commune d’Athiémé (département du Mono) est située à environ à 104 Km de la ville de Cotonou au Sud –Ouest du Bénin. Elle couvre une superficie de 238 Km² et est frontalière à la République Togolaise avec laquelle elle partage une frontière naturelle qui est le fleuve Mono. Le fleuve Mono constitue le principal cours d’eau muni d’une large vallée et de bassins versants qui irriguent la quasi totalité des villages de la Commune. Les sols sont argileux, argileux hydromorphes noirs, sablo-argileux ou argilo-sableux très propices à la pluriculture. Ils s’engorgent d’eau en saison pluvieuse et sont inondés pour la plupart par les eaux de crue. Ils sont très riches et favorables aux cultures de contre saison et de décrue à condition qu’ils soient aménagés.

Analyse décennale des précipitations suivant le calendrier agricole

L’analyse décennale des précipitations montre que la pluviométrie ces dix dernières années (2000 à 2009) a varié de 792 mm à 1244 mm pour une moyenne de 943 mm. Cette moyenne justifie bien la dénomination Dahomey Gap donnée à la région sur la côte ouest africaine où on assiste à une diminution des précipitations.

Figure 1 : Pluviométrie moyenne mensuelle de 2000 à 2009 (Source : CeCPA-ATHIEME)

La figure 1 montre la distribution des précipitations moyennes mensuelles de 2000 à 2009. Il ressort de l’analyse des pluies mensuelles que le climat de type subéquatorial à quatre saisons dont deux pluvieuses est en transition vers le climat tropical à une seule pluvieuse du fait du retard des pluies et de la petite saison sèche Juillet-Août qui s’humidifie. En effet ces mois Juillet-Août enregistrent sur la période une pluviométrie moyenne de 75 mm et 51 mm respectivement. Celles-ci sont supérieures à la pluviométrie de 40 mm au dessous de laquelle un mois est déclaré écologique sec.

Les mois les plus arrosés sont Mai et Juin où on enregistre des pluviométries mensuelles de plus de 150 mm en moyenne. Cette forte précipitation occasionne les inondations des cultures de première saison et handicape la préparation des champs pour la culture de deuxième saison. Les inondations dues à la crue du fleuve Mono

Elles sont dues aux fortes pluies qui courent la période Août à Octobre dans la région septentrionale du pays et dont les eaux descendent dans la basse vallée du fleuve Mono. Ces trois dernières années (2007,2008 et 2009), le fleuve Mono est sorti de son lit et a donné lieu à l’inondation des cultures et des habitations. Les crues de 2007 et 2009 ont été exceptionnelles avec des relevés de 8,55 m et 8,65 m à l’échelle limnimétrique d’Athiémé.

Impact des inondations sur la production agricole

Les inondations dues aux pluies et à la crue du fleuve ont des effets néfastes sur la vie des populations.

Les inondations dues aux pluies détruisent les cultures non encore arrivées à maturité du fait des pluies tardives occasionnant des semis tardifs du fait des changements climatiques.

Les inondations dues à la crue du fleuve Mono ont des conséquences considérables sur la vie des populations :

  • la perte des productions agricoles ;
  • les pertes post récoltes des produits agricoles de première saison dues à l’humidité relative assez élevée en Juillet-Août ;
  • l’impossibilité de réaliser les cultures de seconde saison du fait ressuyage lent des sols hydromorphes ;
  • la dégradation des infrastructures routières et d’accès aux villages ;
  • la chute des habitations en matériaux locaux laissant des milliers de personnes sans abris.

Approches de solutions

Mesures d’adaptation locales

Les mesures d’adaptation des populations à ces inondations sont de plusieurs ordres :

  • la pratique des cultures de contre saison ;
  • les semis précoces ;
  • l’abattage des palmiers vignobles installés sur les plateaux pour y pratiquer l’agriculture sur ces terres exondées ;
  • la culture de riz.

Proposition d’aménagement pour la maîtrise de l’eau

Afin de lutter efficacement et durablement contre les effets pervers des inondations dues aux pluies et à la crue du fleuve Mono, il importe que le bassin du fleuve Mono soit aménagé. Cet aménagement implique les actions suivantes :

  • La création de l’Autorité du Bassin du Mono ;
  • Le dragage du lit du fleuve Mono ;
  • L’érection des digues de protection le long du fleuve Mono et ceci des deux côtés ;
  • L’aménagement des lacs artificiels devant recevoir les eaux lors crues et inondations ;
  • Le développement des activités de production autour des lacs artificiels

L’aboutissement de ces actions passe par un engagement du pouvoir politique et des autorités décentralisées des communes.

© : Coffi Justin NOUMON, Ingénieur Agronome en Service au CeRPA Mono-Couffo , MAEP

Publié le mercredi 24 août 2011.

2 Messages de forum