Accueil du site > Bibliothèque > Notes de capitalisation > Analyse diagnostique et prospective de la filière riz dans la vallée de (...)

Analyse diagnostique et prospective de la filière riz dans la vallée de l’Ouémé

JPEG - 1.4 ko

Analyse diagnostique et prospective de la filière riz

Une des priorités agricoles nationales, la culture du riz suscite de plus en plus l’attention du gouvernement béninois et des opérateurs économiques privés en même temps qu’elle constitue un moteur de structuration du milieu rural. C’est fort de ce constat et des potentialités considérables, mais faiblement exploitées de la vallée de l’Ouémé pour la production du riz, que le présent cluster a été choisi pour tester l’approche RAD en milieu réel au Bénin. L’objectif de ce travail est de contribuer à l’amélioration de la compétitivité de la filière riz dans la vallée de l’Ouémé à partir d’une analyse diagnostique et d’une planification prospective participatives. Ce travail s’est basé sur une démarche multi-acteurs en associant étroitement les acteurs directs à tous les maillons de la filière ainsi que les diverses structures d’appui à la promotion de la filière riz dans la vallée de l’Ouémé. Trois cycles ont marqué le déroulement de ce travail sur le terrain à savoir : la documentation, les enquêtes participatives, l’analyse et la validation des résultats. La documentation a porté sur les thématiques liées à : l’itinéraire technique de la production, les techniques de transformation, la commercialisation du riz, la compétitivité du riz local et les instruments de régulation des importations. Cette phase a conduit à l’identification des acteurs et à l’élaboration des outils de diagnostic. Les principaux outils utilisés pour le diagnostic participatif sont : l’entretien de groupe avec la visualisation, l’image contexte, l’analyse FFOM (forces, faiblesses, opportunités et menaces), la planification par scénarios et le cadre logique. Les entretiens ont impliqué des acteurs directs et les structures qui appuient la production, la transformation et la commercialisation du riz dans la vallée de l’Ouémé.

La filière riz dans la vallée de l’Ouémé est caractérisée par une grande diversité d’acteurs et d’enjeux. On note aussi un fort potentiel en ressources naturelles (terre, richesse agronomique et ressources en eau) favorables à la riziculture. À cela s’ajoute une dynamique organisationnelle des producteurs de riz du niveau village au niveau régional. En matière de transformation, des savoirs et savoir-faire en techniques de décorticage et d’étuvage du riz existent. Quelques décortiqueuses, des aires de séchage et des magasins de stockage, vestiges des anciens projets (SADEVO et SONIAH) sont encore disponibles. Par rapport à la commercialisation, des expériences de vente groupée ont été entreprises. De plus, un effort de labellisation du riz de la vallée est actuellement en cours. Malgré ces atouts, certaines contraintes handicapent encore l’expression de tout le potentiel rizicole de la vallée. Il s’agit principalement de : l’inorganisation de l’approvisionnement en intrants, l’insécurité et le morcellement du foncier, le mélange variétal, la précarité des techniques de culture et de transformation, l’inadéquation du crédit agricole, le manque de qualité du riz et sa faible visibilité sur le marché.

De l’analyse prospective, il ressort que les principales forces motrices qui détermineront à moyen terme l’évolution de la filière riz dans la vallée sont : l’aménagement de la vallée, la concurrence du riz importé, l’encadrement technique et organisationnel des acteurs, le financement de la filière et la demande du riz de la vallée. Tenant compte des forces motrices et des scénarios, quatre options stratégiques ont été retenues par l’ensemble des acteurs de la filière riz de la vallée pour améliorer la compétitivité de cette filière à moyen terme. Ces options stratégiques sont : renforcement des capacités et du pouvoir des acteurs directs, amélioration des performances de production, amélioration de la qualité du riz de la vallée et amélioration de la demande du riz local. Ces options seront mises en oeuvre dans une dynamique d’interaction et de synergie entre les différents acteurs avec au centre les organisations paysannes qui seront le point d’encrage de tout le processus.

Publié le vendredi 30 juillet 2010.